24 mai 2012

Cher SPVM...

Un exemple d'attitude nuisible.

J'aimerais clarifier quelques points. Je ne le fais au nom d'aucune entité autre que moi-même et le simple bon sens.

  1. Les manifestations qui ont lieu chaque soir depuis un mois à Montréal ne vous visent pas directement. Certes, le gouvernement vous a lancé, comme une patate chaude, une nouvelle loi susceptible d'attiser les tensions déjà vives. Mais au départ, sauf quelques exceptions, ceux qui manifestent sont indifférents à votre simple présence. Relâcher l'attitude de perpétuelle confrontation vous appartient.
  2. Justement, soyons honnêtes : nous savons tous que l'agressivité de certains de vos agents joue sciemment un rôle de provocation au sein de manifestations qui auraient autrement été bien plus paisibles. Il n'est pas nécessaire, ni souhaitable, de jouer le jeu de l'opinion publique en tentant de susciter la grogne de cette façon.
  3. Une bouteille d'eau n'est pas un cocktail molotov, Ian Lafrenière.
  4. Une présence policière discrète, clairsemée dans une manifestation, pourrait être une alternative qui soulagerait la dynamique de confrontation qui prévaut lorsque des rangs de policiers casqués défient quiconque ose s'approcher d'eux.
  5. Les policiers devraient être non seulement autorisés, mais encouragés à discuter librement avec les manifestants. Certaines tensions seraient ainsi allégées, d'autant plus si on pouvait se rendre compte que nombre d'entre vous êtes forcément d'accord avec la cause concernée par la manifestation. Fraterniser avec les manifestants n'empêcherait aucunement un policier d'intervenir lors d'un méfait, et pourrait même faire en sorte d'obtenir la collaboration d'autres manifestants pacifiques.
  6. La pression des pairs au sein de vos effectifs semble être un sérieux problème. Leur solidarité est compréhensible, voire louable, mais il serait avantageux d'inviter vos policiers à affirmer chacun sa propre personnalité. Dans un contexte de contact avec la «clientèle», c'est un concept élémentaire.

Je ne parle évidemment pas de déguiser vos policiers en pandas — quoique ce serait amusant... peut-être votre mascotte Flik pourrait-elle devenir amie avec l'Anarchopanda?!

Sérieusement, il faut se souvenir que votre mission vous appelle à servir et à protéger ces mêmes gens que vous encadrez, soir après soir. Je sais, vous le savez, je n'ai pas à vous le rappeler. De grâce, montrez-le en gardant la matraque à la ceinture et le poivre bien caché lorsqu'il n'est pas absolument nécessaire.

On pourrait bien s'entendre. C'est plus difficile quand vous avez continuellement l'arme à la main et un air de défi. Je souhaite que les manifestants fassent aussi un bout de chemin en ce sens. Qu'en dites-vous?

2 commentaires:

Guillaume Lajeunesse a dit...

Tu es très nuancé cher ami.

Alexandre Béland a dit...

Attention, c'est la boîte elle-même qui m'a répondu...

«À la personne concernée,

Nous avons pris bonne note de vos commentaires, lesquels ont été transmis à la direction du Service de police la Ville de Montréal.

Nous vous souhaitons une bonne journée !

La boîte commentaires du SPVM»

Publier un commentaire