18 août 2013

De La Sarre à Montmagny en moins de quatre minutes

Photo de la NASA, j'imagine...

Je viens d'observer la Station spatiale internationale. Aucune idée pourquoi je trouve ça aussi cool. Je ne comprends pas la nécessité qu'on investisse des sommes gigantesques dans l'exploration spatiale, alors qu'il y a des besoins criants dans bien d'autres domaines. Mais on le fait, et je viens de voir un gros objet brillant passer dans le ciel, alors évidemment, il faut que j'en parle.

J'ai analysé la trajectoire de la station grâce à une superbe application Android, qui permet également de prévoir son prochain passage visible. Dans la mesure où le ciel est dégagé, on peut la voir pratiquement tous les jours au moins une fois.

Voici mes observations.

Selon les données que je possède, la SSI se trouvait au nord-ouest de La Sarre, en Abitibi, quand je l'ai aperçue, plus probablement dans le ciel du nord-est de l'Ontario. À vol d'oiseau, La Sarre est située à environ 560 kilomètres de l'endroit où je me trouvais, à Montréal. Considérant que la station spatiale maintenait une altitude d'environ 430 kilomètres, Pythagore m'indique que j'observais la réflexion du Soleil sur un objet  un objet construit par des êtres humains; une boîte en aluminium très élaborée qui pèserait 400 tonnes si on la ramenait au sol  se trouvant à plus de 700 kilomètres de mes lunettes.

Évidemment, c'est aussi la réflexion de la lumière du Soleil qui nous permet, presque quotidiennement, d'observer la Lune et plusieurs planètes. Et ces choses sont beaucoup plus loin de la Terre que la station spatiale internationale. Par exemple, au moment où elle passe le plus près de nous, la Lune se garde une petite gêne de 385 467 kilomètres. Mais jusqu'à preuve du contraire, ces choses n'ont pas été envoyées là par des êtres humains. C'est peut-être ce caractère particulier de la SSI qui me fascine. À l'inverse, les avions de ligne qui sillonnent notre ciel bleu s'en tiennent généralement à une altitude avoisinant les 12 à 15 kilomètres.

Poursuivons.

J'ai pu observer la station spatiale pendant près de quatre minutes. Sa trajectoire courbée l'a d'abord menée à traverser l'Abitibi d'ouest en est, puis à survoler le réservoir Gouin. Au départ, il s'agissait d'un point à peine plus lumineux que les autre corps célestes qu'il m'était permis de voir. Il se déplaçait toutefois à une grande vitesse et devenait de plus en plus radieux, alors que la station est passée juste au nord de La Tuque avant d'aller traverser le fleuve au-dessus de Montmagny.

J'ai trouvé intéressant de noter qu'à ce moment, la distance horizontale était nettement inférieure à l'altitude de la station, Montmagny étant à moins de 300 kilomètres de Montréal (toujours à vol d'oiseau). D'ailleurs, un passant qui aurait aperçu cette chose brillante d'allure complexe traverser vivement le ciel à ce moment aurait fort bien pu crier à l'OVNI... si on avait été en 1947...


...au Wyoming...

...ou en Beauce.

Parlant de la Beauce, c'est justement après l'avoir survolée que la station a semblé se volatiliser quelque part au dessus du Maine, quand la courbe de la planète a cessé de me permettre de la voir refléter la lumière du soleil.

Vous aurez remarqué, si vous connaissez un peu la géographie du Québec, que parcourir le trajet que j'ai décrit plus haut en quatre minutes requiert une vitesse ahurissante. Je suis tombé dernièrement sur ce billet du blogue What if?, où l'auteur répond à une question concernant la mise en orbite (ou quelque chose du genre). Bref, se placer en orbite, ça demande d'aller très, très vite.

La SSI se déplace à 7,66 kilomètres par seconde. Selon le calcul du blogueur, si un astronaute à bord de la station spatiale internationale écoute la chanson I'm Gonne Be (500 Miles), des Proclaimers, après les trois minutes et trente secondes que dure la chanson, cet astronaute aura parcouru tout juste un peu plus de mille miles... comme dans le refrain de la chanson.

---
Note : L'usage ou non des majuscules est probablement discutable à divers endroits dans ce billet. On va vivre avec.

5 commentaires:

webfil a dit...

Attention!

L'utilisation de formules de géométrie euclidienne (genre le théorème de Pythagore) n'est pas approprié, à moins d'utiliser des distance en orthodromie ou une projection cartographique cylindrique équidistante tangente à la terre en la trajectoire de la SSI.


Si Google Maps est utilisé pour calculer les distances, c'est un gros foutoir puisque la projection Mercator Transverse Universelle (UTM, dont le cylindre est tangent à l'équateur) est utilisée; la déformation à notre latitude est énorme et fausse tout calcul astronomique.

Peut-être voudrais-tu te familiariser avec ces triangles dont la somme des angles peut atteindre 539° 59' 59,999999999"?
http://fr.wikipedia.org/wiki/Trigonom%C3%A9trie_sph%C3%A9rique

Alexandre Béland a dit...

Mon cher ami, mon cher troll, mon cher spécialiste en mesures de tous genres...

Tu as sûrement raison. Je te l'accorde en particulier en ce qui concerne Pythagore, mais à ma défense, je ne lui ai pas demandé son avis : il me l'a simplement donné!

Il était assez évident, cependant qu'il s'agissait de grossières approximations. On va vivre avec ça aussi.

À propos, n'y a-t-il vraiment que neuf décimales à la fin de ta dernière question, ou le dernier 9 est-il périodique? Tu sais, le souci du détail, on ne rit pas avec ça.

webfil a dit...

En toute humilité, quand le sage pointe la lune, le fou regarde le doigt et l'Église catholique dit «cette surface est plate comme une crêpe, brûle en enfer sale Galilée, nous on va se contenter des travaux de Pythagore».

Ou quelque chose comme ça.

Je ne voudrais pas faire de lien douteux en terminant le dernier paragraphe en parlant de l'Église catholique et en commençant celui-ci en traitant de sodomie dans des orifices microscopiques, mais je le ferai tout de même ― il y a enculage de fœtus de mouche à fruit ici. 0,000000001" représente une distance de 1,77 µm à l'échelle du rayon de la terre. Pour ma défense, j'ai simplement appuyé sur la touche «9» de mon clavier et l'ai retiré quand j'ai jugé bon. J'étais trop paresseux pour chercher un 9 périodique dans la table Unicode.

Bref, un télescope est habituellement plus approprié pour l'observation d'objets astronomiques qu'un microscope.

Alexandre Béland a dit...

Tu excelles manifestement dans toutes les facettes sous lesquelles je t'ai interpellé au début de mon commentaire précédent.

Et tu sais, si tu les préfères grosses, les mouches que tu encules, qui suis-je pour juger? Au moins, tu le fais également très bien.

Être pris en défaut par toi, de toute façon, c'est presque un honneur, d'une façon bien tordue.

webfil a dit...

Lixtrolled. (v.f. de "Rickrolled")

J'ai beaucoup de plaisir à t'irriter d'impertinences.


Et beaucoup de temps à perdre.

Publier un commentaire