21 mars 2012

Le cas de Trayvon Martin


17 ans, mort pour rien.

Je me fous bien de savoir qu'il est noir. On peut se poser la question : le matamore qui a tiré sur Trayvon Martin aurait-il tiré sur un jeune homme ou une jeune femme blanche? Peut-être que non. Probablement que oui, dans le même contexte.


Vous en avez peut-être entendu parler. Ça se passe en Floride, sans grande surprise.

Quelques faits entourant cette histoire


Un homme dans sa voiture, un auto-proclamé surveillant de son quartier, téléphone au 911 pour la 46e fois en moins de quinze mois. Il vient d'apercevoir un jeune homme qui lui semble louche s'approchant de son coin de la ville. 
Ignorant les conseils du répartiteur de la police, l'homme part en chasse.

Dans quelques 
autres appels au 911 rendus publics par la suite, logés par des résidents du secteur, on peut entendre la rencontre des deux individus. Une voix s'époumone à appeler à l'aide jusqu'à ce qu'un coup de feu retentisse.

Par la suite, une jeune femme témoigne qu'elle aurait été au téléphone avec le jeune homme abattu. Celui-ci lui aurait dit qu'on le suivait et elle lui aurait suggéré de s'enfuir. Son poursuivant l'aurait éventuellement rattrapé, le jeune homme lui aurait demandé pourquoi il était suivi, puis la conversation aurait été coupée.


Quelques faits qui donnent envie de démissionner de la vie


Trayvon Martin, jeune homme de 17 ans, revenait du dépanneur avec des Skittles (ou quelque autres friandises). Il rentrait chez lui pour regarder le match des étoiles de la NBA, qui allait commencer, et se trouvait tout près de son domicile lors de cette confrontation. Il a été atteint d'un projectile d'arme à feu dans le dos, et il est mort sur place.


La police a déterminé que l'incident était un malheureux cas de décès à la suite d'un usage de la force en position de légitime défense. Le débile qui s'imaginait protecteur de son district a donc été renvoyé chez lui avec une tape sur l'épaule...


Une loi
 adoptée par Jeb Bush en Floride — et en vigueur sous diverses formes dans dix-neuf autres États — a été invoquée pour justifier l'agression, et il semblerait que les événements cadrent dans son application. Elle stipule que pour que la légitime défense soit un motif valable, il n'est pas nécessaire que celui qui l'utilise ait d'abord tenté d'éviter «l'altercation».

Si l'absurdité de la situation n'avait pas été projetée dans la proverbiale fan du plafonnier
 par certaines personnes, ce serait resté ainsi...

...mais heureusement, il y a des gens qui sont toujours éveillés


L'avocat de la famille Martin, Ben Crump, s'est empressé de faire suffisamment de bruit autour de l'histoire pour que les procureurs de la Floride décident de s'y intéresser et d'enquêter sur le sujet, tout comme le FBI. Les médias sociaux se sont également appropriés l'affaire, et il semblerait que la loi en question elle-même pourrait être remaniée, voire remise en question.


Paraîtrait que le justicier de carnaval, que j'ai sciemment évité de nommer, serait introuvable depuis la volte-face des autorités. Sortez un clown de son cirque et placez-le devant la ferme réalité, voilà ce qui arrive : il se ramollit, puis il s'évapore.


WikiNational Post

2 commentaires:

Guillaume Lajeunesse a dit...

Notons qu'il y a ici une pétition (qu'on peut signer même si on n'habite pas aux États-Unis) pour qu'on arrête le dit clown.

Alexandre Béland a dit...

Mine de rien, cet homme est devenu une cible. J'espère simplement qu'il ne sera pas lynché mais qu'on le trouvera et que la suite ait l'air d'une certaine justice.

Publier un commentaire