22 mars 2012

Devant chez moi...

Celui-ci, c'est Raoul ou Bruno?
La première journée où je peux m'installer sur la terrasse, mieux décrite comme le rebord de ma grande fenêtre ouverte, une dame s'avance vers l'édifice où j'habite en poussant un jeune enfant dans une poussette. Elle semble tout à fait perdue et me demande de la monnaie pour prendre le métro... C'est ma première rencontre étrange par la fenêtre de l'année, alors je lui offre volontiers les quelques pièces dont elle a besoin.

Le premier pigeon que j'ai vu cette saison est le spécimen que vous pouvez observer au dessus de ce billet, qui semble habiter sur le tronçon de rue où se trouve mon logis. Son teint roux inhabituel et la façon asymétrique dont sont disposées les couleurs sur son dos font en sorte que je puisse le reconnaître. Je le croise presque tous les jours, et j'ai choisi de le baptiser. À votre avis, a-t-il l'air d'un Raoul ou d'un Bruno? Cet autre pigeon qui le suit partout court plus vite que lui et lui vole les miettes qu'il trouve. Pas très sympa...

Nous songeons un instant à transformer ma fenêtre ouverte en kiosque à limonade...


Les gens qui passent ne portent plus de lourds manteaus. Les cèdres qui m'accompagnent et qui occupent l'espace entre le trottoir et ma position sont sortis de la neige et affichent la mine ébouriffée d'une marmotte qui sort de son hibernation. Les bourgeons qui poussent dans le petit arbre devant chez moi me donnent bon espoir de pouvoir en identifier l'espèce bientôt grâce à ses éventuelles feuilles. Le printemps n'apporte toutefois pas que des bonnes nouvelles : 
j'ai le regret de constater que le pantalon de jogging a survécu à l'hiver.

C'est ainsi que commence un temps chaud étonnamment précoce au coin de St-Hubert et Laurier.

2 commentaires:

Mlle Maria a dit...

Je vote pour Raoul! Raoul le pigeon, ça sonne bien!

Alexandre Béland a dit...

Je viens juste d'y penser, mais ça ressemble même à leur roucoulement.

«Raoul raoul raoul», dit Raoul.

Publier un commentaire