30 avril 2009

Séries 2009 : deuxième ronde

Je reviens ici sur mes prédictions concernant la première ronde des séries éliminatoires de la coupe Stanley, et je vous offre ensuite ce qui nous attend selon moi en deuxième ronde.

À partir d'un savant calcul à l'aide d'une formule de mon cru, mon score en quarts de finale d'association s'élève à 65,6 %. Selon cette formule, une victoire par l'équipe choisie vaut trois points, et une bonne prédiction du nombre de matchs vaut un point. Évidemment, le point pour le nombre de matchs ne s'applique pas si l'équipe sélectionnée a perdu. Chaque série valait donc quatre points.

J'ai vu juste dans six cas sur huit, dont trois avec le bon nombre de matchs.

Pour les quatre séries à venir, voici ce que me chuchote le Alain Chantelois en moi.

...

Non, pas Alain Chantelois quand même, mais vous avez compris. Notez que j'insisterai sur les gardiens des équipes concernées.

Red Wings contre Ducks
La logique inciterait à favoriser les Red Wings. Leur histoire récente a permis de constater qu'ils sont capables de vaincre à peu près n'importe quoi. Toutefois, l'histoire encore plus récente des Ducks contre les Sharks fait réfléchir. Chris Osgood, pour Détroit, est un bon gardien, mais il ne semble pas toujours à la hauteur de la situation, malgré la solide formation qui joue devant lui. Jonas Hiller, de l'autre côté, a laissé Jean-Sébastien Giguère sur le banc et pourrait décider de l'issue de cette série. Mais Anaheim ne l'emportera pas facilement. Ducks en 7.

Bruins contre Hurricanes
J'ai peine à faire abstraction de ma haine pour les Bruins, pour l'ensemble de leur oeuvre. Et malgré que les Hurricanes ait été un problème pour le Canadien ces dernières années, il me reste un brin de sympathie pour les anciens Whalers. En observant le tout plus sérieusement, la différence entre Cam Ward, la fierté de Saskatoon, et Tim Thomas, originaire de la ville de naissance de GM, Flint au Michigan, est assez analogue à la différence entre les joueurs des deux équipes. Les Hurricanes seront en feu au départ, considérant la façon dont ils ont éliminé les Devils en une minute et vingt secondes mardi dernier. Mais les Bruins sont en béton armé et la fougue des joueur de la Caroline pourrait s'émousser. Bruins en 5.

Canucks contre Blackhawks
La rivalité entre les deux équipe n'a évidemment rien de géographique, mais elle semble bien assez intense pour rendre cette série époustouflante (qui signifie : à vous en faire perdre vos pantoufles). Roberto Luongo n'a pas besoin que je lui lance des fleurs pour qu'on sache qu'il gardera le filet de Vancouver aussi bien qu'il puisse être possible de le faire. Du côté de Chicago, Khabibulin a bien montré en première ronde qu'il est également capable de faire le travail. Et au pire, ils ont comme deuxième gardien un certain Cristobal Huet. Ils ne sont donc pas à plaindre de ce côté. J'imagine une série intense, et une victoire des Canucks en 6.

Capitals contre Penguins
Ce sera la série la plus serrée. Ces deux équipes qui se mouraient dans les bas fonds du classement il y a quelques années méritent l'une et l'autre tout autant de considération cette saison. Derrière ces deux solides formations se tiennent deux jeunes gardiens. Marc-André Fleury a connu une excellente série contre les Flyers et devrait continuer à être superbe contre Washington. De l'autre côté se trouve un gamin de 21 ans qui est sorti de nulle part en première ronde, laissant de côté José Théodore, pour éliminer les Rangers en conservant un pourcentage d'arrêts impressionnant. Varlamov fera la différence à mon avis. Capitals en 7.

Je tiens à mentionner que les Blackhawks comptent un défenseur qui s'appelle Dustin Byfuglien. C'est quoi ce nom-là!?

5 commentaires:

Ben a dit...

J'ai prédit exactement les mêmes résultats que toi dans mon pool à la job, à l'exception de la série Penguins-Capitals. Je dis Penguins en 7.

Raton a dit...

Et chacun sait que nous sommes des éminences grises en la matière, forts d'une expérience de huit soirées du rallye métro-bar, dont le hockey est un fil conducteur.

Ça me rappelle que je n'ai toujours pas raconté la dernière soirée...

POF a dit...

L'histoire de Varlamov pourrait ressembler drôlement à celle de Cam Ward lorque les Canes ont gagnés la coupe! Mais j'y crois plus ou moins...

webfil a dit...

Selon http://names.whitepages.com/, le nom Byfuglien se classe en 319 979e position aux États-Unis en terme d'entrées aux annuaires par nom de famille, précédé de Byersdorf et suivi de Bylinowski : 22 entrées au Minnesota, 4 en Idaho et 3 au Michigan.

Si on se fie au www.byfuglien.net, ce nom pourrait être d'origine scandinave, je m'avancerai pour la Norvège.

Derrick Byfuglien, son cousin, connait une carrière ordinaire dans la East Coast League. Il a été repêché par Ottawa en 2000 au 122e rang. Il n'a jamais joué plus que 49 matches en saison régulière (la ECHL compte un calendrier de 72 matches). Il a une tendance à jouer pour les équipes des pays chauds (Californie, Carolines, Floride, Géorgie)

Kak a dit...

De mon côté, exactement les mêmes prédiction que Ben.

Publier un commentaire