25 mai 2009

Rallye métro-bars #13 : Saint-Laurent

Quelle soirée... La pige de la stations Saint-Laurent entraîne un mélange de réactions, allant de l'enthousiasme au doute, puis d'un certain désepoir à une idée assez précise des possibilités. Il s'agit de la deuxième soirée métro-bars où des outsiders nous rejoignent, mais de la première où ceux-ci ne se sont pas invités eux-mêmes.

Les gens
En arrivant à la station, Ben et moi observons les passants. Est-ce que ce groupe de quatre personnes asiatiques représente le fleuron de notre lectorat? La fille dans une robe rouge, assise près de l'escalier, sera-t-elle notre première surprise? Les gens qui ont manifesté de l'intérêt se pointeront-ils?

Nous en sommes à nous poser tout plein de questions lorsque surgit une inconnue qui se prénomme Christine et qui malgré sa conversation abondante, nous en dit très peu sur son identité. Une première étrangère sortie de nulle part ou une espionne en reconnaissance pour une force occulte qui souhaite nous extirper de l'information au sujet de notre mission sacrée?

Nous sommes bientôt fixés lorsque arrive John, un ami perdu de vue et ancien partenaire de projets anciens et loufoques (la tournée 30 bars | 30 soirs, les Joe Malone...). Les deux se connaissent manifestement.

La dernière arrivée est nulle autre que Guylaine, que j'ai connue au cégep il y a longtemps, au journal étudiant le MotDit. Nous sommes cinq, et c'est l'heure de partir.

Les photos et la vidéo qui suivents sont l'oeuvre de cette énigmatique Christine.

La recherche
Malgré toutes les promesses que recèle le nom de la station, nous devons nous rendre à l'évidence : nous n'irons pas très loin. À l'est, l'édicule de la sortie Saint-Denis de Berri-UQAM est situé tout près. À l'ouest, c'est la Place des Arts qui nous regarde de haut. Au sud, la ligne orange fait du boulevard René-Lévesque notre limite.

C'est au nord que la Main s'étend, où on trouve tout plein de places branchées, et tout ce que ça implique. Mais un instant... Déjà à la rue Prince-Arthur, le métro Sherbrooke est plus près. Nous sommes donc coincés, pris à nous concentrer quelque part aux alentours de Sainte-Catherine/Saint-Laurent.

Mais évidemment, on s'en va vers le nord. La présence d'autrui ne décourage pas notre décourageante habitude de nous diriger dans la direction la moins encourageante. Vers le nord, sur Saint-Laurent, avant la rue Ontario, se trouvent quelques commerces douteux et des appartements encore pire. J'y ai habité. Sur la photo, une des fenêtres entourées de rouille et de déjectures de pigeons était celle de ma chambre, où j'ai été réveillé en pleine nuit par un maniaque qui me menaçait de mort. De jolis souvenirs.



Nous choisissons la rue Clark pour revenir vers le sud. Quelques travaux sont en cours dans le secteur. C'est un euphémisme en fait, car il faudrait plutôt dire que le secteur est en train d'être détruit pour en fabriquer un nouveau. Nous remarquons l'arrière des commerces du boulevard en déambulant, et nous nous souvenons du fait que le quadrilatère s'étendant de Sainte-Catherine à Réné-Lévesque et de Clark à Saint-Laurent s'apprête à tomber sous les coups d'expropriations et de recontruction. Ça paraît, c'est tout croche.

Même le Montréal Pool Room s'en va. Désolé, Christine. (Non, il restera là. Ne t'inquiète pas, tout va bien.)

Après un croche sur René-Lévesque, nous revenons sur Saint-Laurent et c'est alors que nous voyons l'endroit le moins accueillant de tous les temps, tout en sachant que c'est exactement là où on s'en va : le Midway, à l'ombre du Club Soda.

Je note en passant que ce soir, mon pote Julien joue au Club Soda avec son excellent groupe Uncanny. C'était une plug.

Le bar
Nous trouvons une place au centre du Midway, entourés de gens du troisième âge, ou même du quatrième. Nous nous souvenons du légendaire bar Sherbrooke, autrefois au coin de Sainte-Catherine et Sanguinet, et maintenant fermé après que l'UQÀM ait acheté l'édifice où il se trouvait. On dirait que les habitués du Sherbrooke se soient trouvés un nouveau nid ici.

On annonce Line qui offrira un spectacle ce soir. Mais surtout, nous remarquons que nous sommes situés sous une espèce de coupole contenant un ventilateur. À certains endroits, un drôle d'écho résonne parmi nos conversation. C'est effrayant. Cet écho mécroyable continuera tout au long de la soirée.

Guylaine nous quitte tôt, malheureusement. Quelques instants plus tard, un autre Julien nous rejoint, le même qui nous avait accompagnés lors de l'exploration du métro De Castelnau.

Les habitués de l'endroit, âgés de 80 ans et plus visiblement, s'alignent aux tables réservées en vue du spectacle. La première heure se passe à rigoler en observant ces gens, notamment celui que nous avons surnommé Turquoise, beaucoup trop heureux. La courte vidéo croche qui suit vous donne une idée du personnage.


Il nous montre comment on se mouche dans un endroit comme celui où nous nous trouvons. La chose qui sortait de son nez aurait pu s'apparenter à une cravate. Unanimement, nous décidons que nous aurions pu nous en passer.

Un autre individu, vêtu d'un riche costume de cowboy, est assis tout seul à la seule autre table centrale, celle que nous n'occupons pas. Nous présumons que c'est le gérant de Line.

Une étrange machine attire notre attention. On y place les bouteilles de bière vides, et elle les mange. Nous n'avons jamais rien vu de tel. Voici une taverne du 21e siècle!


Mon récit ne saurait être suffisant à vous faire vivre l'expérience. Allez au Midway un samedi soir. Vous verrez.

Le bar possède une entrée secondaire à l'arrière, sur Saint-Dominique. Près de cette entrée se trouve une table de pool, et le rallye métro-bars observe un nouveau défi. Ben et moi sommes assez médiocres au pool. Il nous reste 55 stations de métro à explorer, et dorénavant, nous jouerons. Au soir 68, le dernier de notre mission, nous battrons quiconque s'y présentera. La présence d'une table de pool ne devient pas un critère, mais quand il y en aura une, nous devrons nous exercer. Nous verrons ce que ça donnera.

La conclusion
Ce fut la soirée la plus intense du rallye qui n'en est pas un, à date. Nous devrons déterminer si c'était la pire ou la meilleure, mais une chose est certaine, nous plaçons celle-ci très haut dans notre échelle.

Les Penguins ont gagné 6-2 contre les Hurricanes, quelque part là-dedans.

Revenir au Midway... C'est possible. Peu probable.

Pistes d'exploration dans les environs : Nous aurions peut-être regardé les rues Berger et de Bullion. Mais on a fait le travail.

Ben le raconte ici, aussi éberlué que moi.

La deuxième soirée métro-bars ouverte au public aura lieu le samedi 6 juin prochain. La destination sera pigée et annoncée ici même et sur le blogue de Ben à 18h cette journée. Le rendez-vous se tiendra à 19h. Soyez-y.

2 commentaires:

bee a dit...

flûte, me voici démasquée! en tout cas, j'ai donné le meilleur de moi-même afin qu'on ne parle pas de hockey.

n.b. ce n'est pas mon film qui est croche, c'est à cause de l'ÉCHO!!!

cette Christine

Raton a dit...

L'écho mange tout.

Publier un commentaire